Archives de catégorie : Non classé

Vendredi 24 mars, Jean-Marc G présente La musique et l’astronomie

Hervé et moi-même (Michel) préparons la salle à la Maison verte, tandis que notre conférencier est fin prêt pour son intervention consacrée ce soir à la relation entre la musique et l’astronomie, émaillée de nombreuses illustrations sonores.

Comme à l’accoutumée, la réunion en présentiel, est diffusée en visioconférence (à retrouver en Replay pour les membres du Club).

Et c’est parti !

De Pythagore à Kepler puis à toutes les époques, une relation inspirante entre le Ciel et la musique s’est manifestée entre des compositeurs et des astronomes.

Beethoven, Strauss, Dvorak, Debussy, la musique transcende les émotions et le spectacle de la nature, en particulier celeste.

Au 20ème siècle, de nouvelles sonorités et technologies musicales (Theremine, orgue Hamond, percussions,..) éclairent l’inspiration scientifique des compositeurs, tels Messiaen, Saint-Saens, Stockhausen, ou Charles Koechlin.

Puis plus récemment, la variété (Charles Trenet) et la musique au travers de l’avènement du synthétiseur, s’est emparée du sujet (Indochine, David Bowie…) , jusqu’à des interprétations un peu exotiques, voire sur des thème futuristes….

La musique a fini par rejoindre le ciel, au travers d’une version de Space Oditty, interprétée par les membres de Max Q.

Le 7ème Art est également largement concerné, notamment par des compositions de musiques et réalisations de films.

Un immense merci à Jean-Marc pour son intervention passionnante !!!

@Michel

Ce 10 février, présentation des missions Apollo par Fred G, à la Maison verte


La réunion, en présentiel et en visioconférence, est préparée par Hervé, Robert, Stéphane, Christophe et moi-même (Michel), tandis que Fred est prêt pour son intervention, avec le sympathique concours de sa fille Florianne.

Et c’est parti, sous le regard d’une assistance attentive !

Après une rétrospective de la course à l’Espace dans le contexte géopolitique de l’après-guerre, notre conférencier évoque les différente étapes des programmes spatiaux qui se succèdent (Mercury, Gemini, Vostok, Voskhod, Soyouz), et détaille ensuite les missions Apollo.

Et la Lune dans tout cela?

Avec le lanceur: fusée Saturn

Fred et Florianne détaillent ensemble les missions, notamment Apollo 8!

Et le premier alunissage par Apollo 11

A l’issue des missions Apollo, quel est le bilan?

La conférence s’achève sur ce constat et un moment d’échange.

Un immense merci à Fred et Florianne pour cette rétrospective passionnante des missions Apollo !!!

@Michel

Ce 3 février, Jean-jacques B présente la spectroscopie à la Maison verte

Hervé, et moi-même (Michel) préparons la salle pour la réunion, en présentiel et en visio, qui va bientôt être animée par Jean-Jacques B, notre conférencier.

Les premiers membres arrivent, tandis que d’autres s’installent devant leur écran, et c’est parti !

Après un rapide rappel des bases, Jean-Jacques entre dans le vif du sujet.

Jean-Jacques explique le fonctionnement d’un spectroscope, mécanique quantique à l’appui!
Il détaille la Série de Balmer, les Lois de Kirchoff et de Planck

A quoi ça sert la spectro?

Démonstration d’un spectre établi sur la nébuleuse planétaire annulaire Messier 57 (dite Nébuleuse de la Lyre)

La spectro s’applique à tous les astres : notre étoile, les exoplanètes, mais également les planètes du système solaire …

Rappel du tableau de classification des étoiles selon leurs caractéristiques spectrales (notamment leur température de surface).

Et quelques idées fausses…

Vive la spectro !

Quelques indications sur les matériels utilisables en spectro :

Présentation des logiciels dédiés:

Jean-Jacques liste ensuite les préparatifs nécessaires pour une bonne session spectro:

Les spectres réalisés peuvent alimenter des bases de données exploitées par les scientifiques

Puis la réunion se termine sur un moment de questions-réponses

Un grand merci à Jean-Jacques pour cette présentation passionnante de la spectroscopie!!!

@Michel

Ce 20 janvier, Robert présente les constellations d’Hiver

Jean-Pierre, Hervé, Stéphane et moi (Michel) préparons la salle à la Maison verte tandis que Robert est fin prêt pour sa présentation.

Les premiers membres arrivent, la présentation avec visioconférence va commencer.

C’est parti pour une promenade dans le ciel d’hiver!

En premier lieu; repérer l’étoile polaire à partir de la Grande Ourse et la Petite Ourse.

Ici, les constellations circumpolaires, visibles toute l’année.

On peut retrouver toutes les constellations dans Celestarium, outil d’apprentissage du ciel réalisé par le Club.

Là, Messier 51 ou la galaxie Tourbillon, dans la constellation des Chiens de chasse

Puis un passage par Orion,

qui comprend plusieurs objets célestes bien connus :

La grande nébuleuse d’Orion (M42),

La nébuleuse obscure de la Tête de cheval (IC 434), dans la ceinture d’Orion.

La visite continue avec la constellation du Taureau (présentée avec le logiciel Celestarium), qui abrite notamment l’amas ouvert M45 (les Pléiades), M1, la nébuleuse du Crabe.

Robert poursuit sa visite du ciel d’hiver:

Et illustre sa conclusion avec quelques images réalisées par les membres du Club (Nébuleuse planétaire de l’Esquimau, Double amas de Persée, nébuleuse California)

Puis un échange de questions/réponses, avant de se quitter.

Un grand merci à Robert pour cette promenade dans les constellations d’hiver et ses explications passionnantes!

@Michel

Ce 6 janvier, Jean-Paul S présente la seconde partie de son intervention consacrée à l’introduction à la cosmologie : l’Héritage du Big Bang

La conférence est présentée à la Maison verte, avec une retransmission en visioconférence.
Stéphane, Robert, Hervé et moi (Michel), préparons la salle pour l’auditoire et notre conférencier. Des membres du Club prennent place tandis que d’autres se connectent.

Puis Jean-Paul entame son intervention après avoir présenté une belle vue des environs de San-Francisco:

Après un petit rappel introductif, Jean-Paul présente les avancées de la recherche issues des observations et analyses : la nucléosynthèse primordiale, le Fond diffus cosmologique (CMB), la mesure de l’Univers observable, la toile cosmique et les fluctuations primordiales des origines.

L’Univers observable est mesuré à 45 milliards d’AL., du fait de l’expansion et de l’analyse du Redshift (Z), notamment des galaxies (Vieilles Galaxies rouges: Z=0,5).

Le bilan de la masse de l’Univers est composé de 5% pour les baryons, 27% pour la matière noire, et 68% pour l’énergie noire.

L’étude des supernovæ a été fondamentale dans la compréhension de l’Univers, notamment la nébuleuse Messier M1 par Fred Zwicky et Walter Baade en 1936.
60 ans de de recherche ininterrompue !

L’expansion, mesurée sur une durée de 100 ans, se poursuit et s’accélère, la matière se concentre dans les empreintes de l’oscillation acoustique des Baryons (Daniel Eisenstein, Laureen Anderson).

En 2013, le débat se porte sur l’inflation.

Des questions subsistent (fonctionnement de la Relativité Générale à toutes les échelles, Quid des antiprotons primordiaux et de l’antimatière, quel est la nature et le comportement de l’Energie sombre).

La recherche continue…

La conférence se termine sur cette magnifique vue du ciel.

Un immense merci à Jean-Paul pour sa conférence et ses explications passionnantes sur l’introduction à la cosmologie (2eme partie).

@Michel

Maud partage avec nous son expérience « REVONTULET »

Mardi 3 janvier2023. Mont Lévi de la commune de Kittilä, Laponie Finlande, (170 km au nord du cercle polaire), altitude 531 mètres. La Lune est dans sa phase gibbeuse croissante. Le jour a duré 1h24. Le soleil qui rase l’horizon, s’est levé à 11h42 et s’est couché à 13h07. La lune quant à elle, s’est levée à 11h06 et se couchera à 6h01 du matin.

Il est 20h30 heure locale et nous avons rendez-vous avec notre guide. Elle n’a pas choisi cette soirée en fonction des prévisions, mais tout simplement en fonction de ses disponibilités. Depuis le début du séjour, elle martèle qu’il ne faut pas venir en Finlande pour voir les aurores, que nos prédécesseurs n’en n’ont vu aucune. L’application Aurora qu’elle nous a conseillé de télécharger, indique une couverture nuageuse nulle, mais un faible indice KP (qui augmentera les jours suivants). La soirée a première vue ne semble pas favorable (7% de chances de voir une aurore). Au vu de toutes ces prévisions négatives, mon APN et mon trépied sont restés dans la valise. Je m’en mordrai les doigts… de froid (il fait -14) ! Elle nous emmène sur le flanc d’une montagne orientée au nord, mais surplombant la station de ski et sa pollution lumineuse. La guide crie « REVONTULET !! » (Renard de feu en finnois). Nous observons les premières lueurs d’aurores. L’observation à l’œil nu, ne divulgue que quelques vagues nuages mouvants et incolores. Nos téléphones, en mode nuit ou en mode pro, nous révèlent la couleur verte et confirment leur présence.

Je prends mes premières photos en mode pro, temps de pause 1 sec, ISO 3200, retardateur 3 sec. Mon conjoint fait le même réglage avec un ISO de 6400 . Mais son téléphone ne supporte pas le froid, et finit par s’éteindre.  Nous fuyons le groupe assez rapidement, pour rejoindre un endroit dans la forêt que nous avions repéré. Sur le chemin, nous croisons trois couples qui partent plus haut dans la montagne. Nous les suivons. Un coup d’œil au Pléiades, Jupiter brille dans ce ciel limpide. Ce n’est pas le ciel le plus fourni d’étoiles que j’ai pu voir, mais quelques objets autres que Mars, semblent teintés. Le reflet de la neige a peut-être une incidence. Ce soir la lune au Sud éclaire ce paysage enneigé.  Cette dernière ne s’est pas révélée gênante pour l’observation des aurores. Très rapidement en chemin direction le Nord, les aurores se font de plus en plus intenses. Des flammes verticales de couleur verte s’imposent dans le ciel. Elles dansent sous nos yeux, apparaissent d’un côté de la route puis de l’autre. Nous ne savons plus où donner de la tête. Je bénis les gants tactiles prêtés par une amie. Le froid aura raison de nous. Nous rentrons éblouis, tous exaltés et unis intimement par cette expérience.

Le mercredi et jeudi « soirs », l’application nous envoie des alertes d’« aurores boréales » mais le ciel est totalement nuageux. Vendredi 7 janvier, dernière nuit avant mon départ, le ciel est totalement dégagé. L’espoir d’en revoir et de l’immortaliser avec mon APN se dessine. Je pars en début de soirée faire quelques clichés de Jupiter et de Mars cachés dans les sapins. Au bout de trois quarts d’heure, n’ayant plus l’équipement grand froid prêté durant le séjour, je ne sens plus mes pieds, puis la douleur me contraint à rentrer. Je n’aurai une idée de la température que plus tard (-21 degrés). Pendant la soirée, l’application indique 30% de chance de voir une aurore (mardi elle indiquait seulement 7%). Nous repartons confiant au sommet du mont, chaufferettes dans les chaussettes, il est 22h30 heure locale. Les aurores sont là, timides, elles apparaissent elles disparaissent, l’intensité est faible, les couleurs sont invisibles à l’œil nu. Rapidement, j’essaie plusieurs réglages avec mon APN plus ou moins concluant. Mais les choses se compliquent pour moi, la buée s’installe, et je ne parviens plus à désactiver la mise au point automatique (j’oublie qu’un sélecteur est sur le devant de l’appareil). Les aurores disparaissent. Être sans appareil le mardi, a été finalement une chance de savourer ce spectacle sans être absorbée et agacée par toutes mes lacunes techniques.

Les applications pour les aurores, les témoignages pessimistes, optimistes des uns des autres, les sites météos, tout a été trompeur, contradictoire et décourageant. Le phénomène semble difficile à prévoir et le terme « chasse » aux aurores sur les sites de voyages est bien pesé.

Une seule règle prévaut : dès que le ciel révèle ses étoiles, sortez loin des lumières et comptez…sur votre bonne étoile !

Merci MAUD pour ce partage, qui donnera envie à de nombreux membres du club de suivre ton exemple ?

@Hervé

Ce soir vendredi 9 décembre, Jean-Paul S présente l’introduction à la cosmologie: l’Héritage du Big Bang (1ère partie)

La conférence est donnée à la Maison verte et, comme à l’accoutumée, en retransmission par visioconférence.
Hervé et moi-même (Michel) préparons la salle, les membres du Club arrivent tandis que d’autres membres suivent en direct!

Puis Jean-Paul entre dans le vif du sujet!

Devant l’auditoire attentif, Jean-Paul fait une rétrospective historique qui rappelle les fondamentaux.

La recherche au fil des siècles a fourni une approche scientifique sur la nature de l’Univers.

Le débat s’ouvre en 1920 sur la taille de l’Univers (qui sera confirmée en 2003!). L’observation et l’étude de l’amas globulaire Messier 92 a été d’une grande importance.

Constante de Hubble, expansion de l’Univers (70 Km/s par Mpc), Relativité Générale, autant d’avancées émises notamment par Albert Einstein, Willem de Sitter, Alexander Friedmann, Georges Lemaître jusqu’à la naissance de la Cosmologie scientifique.

Jean-Paul détaille le cheminement de la pensée scientifique : apparition de différents modèles d’Univers (sphérique, critique, avec constante cosmologique), nucléosynthèse primordiale (Ralph Alpher), découverte du Fond diffus cosmologique (Robert Wilson et Arnaud Penzias).

La recherche de la densité de l’Univers fait apparaître une nouvelle notion : la matière noire (Fred Zwicky, Vera Rubin)

Puis vient la confirmation du modèle du Big Bang avec le satellite Cobe en 1992, puis l’établissement de la carte de l’anisotropie du fond diffus cosmologique avec WMAP, et la carte de l’Univers grâce au satellite Planck.

Le spectre de puissance du Fond diffus cosmologique s’établit comme suit:

Cette conférence passionnante consacrée à l’introduction à la cosmologie sera bientôt complétée par une seconde intervention.

Un grand merci à Jean-Paul pour sa prestation!

@Michel

Nous étions aux Rencontres du Ciel et de l’Espace 2022

Ce rendez-vous à la Cité des Sciences et de l’Industrie était attendu impatiemment par de nombreux astronomes en quête des dernières découvertes scientifiques, notamment en astronomie et astrophysique.

Plusieurs membres du Club ont participé à ce RDV incontournable (Monique, Maryse, Virginie, Maud, Hervé, Jean-Pierre et Marie Thérèse, Jean-Luc, Marc, Bruno D, Johann, Stéphane V, Jean-Paul S, Jean-Jacques H, Benoist, Jocelyn, Jean-Marc N, Jean-Paul L, Jacques, Philippe S, Olivier B, Bertrand, Damien, et moi (Michel), avec mes excuses si j’ai omis de citer d’autres participants.

Une session Discord avait été spécialement dédiée pour cet évènement.

Après l’attente de l’ouverture des portes, l’affluence est sur tous les stands.

Le programme est bien rempli !

Chacune et chacun choisit sa destination selon ses préférences (conférences dans les deux amphis, ateliers plus techniques dans les salles, visites (et achats?) auprès des exposants proposant moult matériels sur les stands, sans oublier la librairie et la braderie cloturant la matinée du 3eme jour.

Les visites des stands ont beaucoup intéréssé les visiteurs ….

Et parmi les nombreux évènements à suivre, plusieurs conférences passionnantes ont retenu notre attention:

Milan Maksimovic, de l’Observatoire de Paris, explique les derniers résultats des sondes Solar Orbiter et Parker Solar probe
Présentation de résultats déja spectaculaires et prometteurs du télescope spatial James Webb
Les explications, très fournies, sur la Voie Lactée avec la mission Gaia
Puis un débat au sujet notamment du projet de voile solaire Gama Space
Une autre conférence, passionnante, sur le sujet des exocomètes
La présentation des connaissances actuelles sur la matière noire dans les galaxies lointaines

La nourriture terrestre n’a pas été oubliée avec nos rendez-vous « pique »nique »

Au final, ces trois journées des RCE 2022 ont été très enrichissantes !

@Michel

ce soir mercredi 26 octobre présentation « débuter en astronomie » par Hervé

Nous démarrons notre cycle débutants en vidéo-conférences, et hors vendredis habituels…. Nos gentils membres s’installent dans notre salle virtuelle!! ?

Et c’est parti!! on parle de visuel bien sûr!!

Mais aussi de l’oeil ? et des précautions à prendre , des différents types d’instruments….

On décortique les différents types de télescopes

Une petite introduction à l’imagerie planétaire et ciel profond

Et c’est la fin, beaucoup de questions et d’échanges , on continuera ce cycle débutants avec Bertrand…et le Dobson

Le replays est disponible pour les membres su club ici: Débuter en astronomie

@Hervé

Nous étions à la Fête de la science à Antony dimanche 16 octobre

Arrivés à 9 heures, nous installons le matériel du Club (Annie, Maryse, Jean-Jacques, Robert, Romain et moi, Michel). Nous sommes rejoints ensuite par Damien.

Puis c’est la pause café avant d’être prêts à 10 heures, pour recevoir le public, et les enfants (9 ans et + à un atelier dédié pour la construction ludique d’un spectro).

Robert peaufine l’installation de son matériel…

Le public arrive, les premiers enfants prennent place.

Georges O nous rejoint et est tout de suite sollicité !

Le public est très intéréssé !

Robert est sur tous les fronts !

Christophe, Monique, puis Daniel nous ont rejoints.

Les ateliers enfants s’enchaînent. Maryse et Robert sont sur le pont !!

La journée bat son plein !!

Les spectros se construisent !

Vérification par le prof, ça marche !

Nous avons le plaisir de recevoir Monsieur le Maire, Mme Aude Nodé-Langlois, Directrice de Cabinet et M. Ioannis Vouldoukis, Conseiller Municipal délégué à l’Hygiène, la Santé et les Sciences.

Georges est en pleine explication !

Emilie ainsi que Johan nous rendent une sympatique visite!

Puis la journée arrive à son terme, dans une ambiance toujours animée.

Le rendez-vous de la fête de la science est toujours un grand plaisir et permet de présenter nos activités au public, très intéréssé!
L’atelier pour les enfant a été pleinement fréquenté (22 enfants ont participé).

Beaucoup de contacts et de discussions se sont succédés sur le stand, et peut être des nouveaux membres à accueuillir prochainement…
Nous recommencerons cette expérience enrichissante !

Merci à toutes celles et ceux qui ont participé à l’évènement, et Alain notre photographe évènementiel, avec le concours de Romain.

Les conditions météo n’ont hélas pas permis de faire des observations solaires.

@Michel